Seul Dieu est bon

L’histoire du jeune homme riche commence par une réplique cinglante de Jésus « Pourquoi me parle-tu du bon ? Seul Dieu est bon ! ». La perfection n’est clairement pas de ce monde. En fait, la perfection n’existe même pas, c’est une illusion dangereuse, une invention des hommes pour tourmenter leurs semblables.

En fait, même Jésus n’était pas parfait. Ne s’est-il pas fâché contre les marchands du temple ? Quelle maîtrise de soi ! N’a t-il pas fait preuve de racisme à l’égard de la femme cananéenne ? Minable pour un champion de l’amour !

Mais voilà, Jésus a évolué, il a accepté ses erreurs et a appris d’elles, et c’est exactement ce qu’il nous invite à faire quand il nous dit « suis-moi ».

En considérant la vie de Jésus dans sa globalité, on prend aussi conscience d’une chose : finalement, il n’a fait que s’accepter, même dans les moments où c’était difficile pour lui.

Il n’a rien fait d’autre que de donner ce qu’il pouvait quand il le pouvait. Le fait est qu’il pouvait beaucoup, mais il ne nous demande pas d’en faire autant, il ne nous demande que d’être nous-mêmes, pleinement et authentiquement nous-mêmes. Et il ne nous juge pas pour ce que nous sommes : alors même que ses disciples l’ont abandonné au plus fort de la tourmente, lui-même ne les a pas reniés.

Jésus a d’ailleurs dit très clairement à la femme adultère « va, je ne te juge pas ». Et s’il ne nous juge pas, pourquoi nous jugerions-nous ? En nous appelant à le suivre, Jésus nous invite à cesser d’être notre pire ennemi et à nous accepter tels que nous sommes.

Envisagés ainsi, ces épisodes de la vie de Jésus donnent une dimension très concrète à ce que peut signifier le terme de salut par la grâce. Il nous rappelle que nous avons été créés à l’image de Dieu : imparfaits, mais capables de grandir car libérés par la grâce de son amour.

Ce contenu a été publié dans Articles, Jésus coach. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.